Une stratégie digitale c’est quoi ? #1

stratégie digitaleUne stratégie digitale c’est avant tout une stratégie d’entreprise avec des objectifs de marque, des objectifs de business et des convictions.

Avant de se lancer bille en tête dans la description des différents outils à disposition permettant d’augmenter le nombre de visiteurs sur vos sites internet, d’améliorer vos taux de conversion, de fidéliser vos clients et de propager à grande échelle votre marque sur les réseaux sociaux, il est essentiel de bien comprendre ce qu’est Internet et quelles sont les lois naturelles qui gouvernent les objectifs des internautes.

Internet doit être appréhendé non pas comme un simple média mais bien comme un espace d’échange, d’accès à l’information, de divertissement et de travail, avec un chevauchement et une interconnexion entre chaque lieu.

Les médias digitaux évoluent très rapidement, même si nous ne rencontrons pas de révolution tous les jours, il est souvent contreproductif de définir une stratégie trop figée se basant sur des tendances dites éprouvées car il est bien difficile de savoir si les tendances seront pérennes ou éphémères et qu’il est essentiel de rester en phase avec son époque car ce qui a profité à certain  ne sera peut-être pas efficace pour d’autres.

Des mouvements de fond bousculent certaines habitudes, l’ère de l’Internet des objets va certainement changer la donne dans les mois/années à venir en ce qui concerne la pertinence des stratégies à déployer à l’instar de ce que nous avons pu constater avec l’adoption massive des smartphones par les usagers ce qui a transformé une majorité d’internautes en mobinautes.

Le monde physique est et sera de plus en plus connecté au monde numérique avec le mobile assurant le pont entre les deux mondes grâce aux technologies sans contact, au code barre et à la reconnaissance d’image.

Les réseaux sociaux ont profondément changé notre manière d’utiliser le web, nous partageons de plus en plus de contenu, nous demandons à nos amis des conseils, nous pouvons suivre les tendances de vie de nos amis en temps réel, nous nous abonnons à des pages facebook soit par intérêt soit par amusement. Nous consommons de plus en plus l’information de manière « gamifiée ». La courbe de viralité des campagnes marketing est donc primordiale et permet de réduire drastiquement les coûts d’acquisition client (lead, défenseur de marque, clients, fan,..)

Comme nous l’avons évoqué plus haut, Internet est à considérer comme un espace de vie à l’instar de nos villes et quartiers. L’internaute circule, recherche, discute, travail, se détend, construit son relationnel avec une particularité certaine, c’est que l’internaute se trouve doté du don d’ubiquité grâce aux nouvelles technologies.

Il est donc nécessaire de bien comprendre les attentes des internautes afin de faire converger l’ensemble de vos actions de marketing digital vers les besoins des internautes et éviter que ces derniers se carapatent loin de vos filets.

Pour ce faire il est essentiel de segmenter vos cibles en identifiant les « persona » pertinents ce qui permettra de mettre en face de vos « persona » le ou les canaux de communication ayants le plus de pertinence pour toucher efficacement vos « persona ».

La stratégie digitale doit être perçue comme un fil d’Ariane assurant une agilité suffisante pour pouvoir se poser les bonnes questions régulièrement et ne pas hésiter à reconnaitre ses erreurs afin de ne pas se retrouver dans une situation inextricable.

Le secret de la réussite, si toute fois il en existe un se résume en 6 points :

  • ·         Des objectifs et des moyens associés clairement identifiés
  • ·         Une veille efficace
  • ·         Une réactivité à toute épreuve
  • ·         Se laisser la possibilité d’expérimenter
  • ·         Laisser grande ouverte la porte de la créativité
  • ·         Une analyse comportementale des internautes en adéquation avec les objectifs

L’arme la plus efficace pour vous permettre d’augmenter vos objectifs sans augmenter vos moyens se résume à la créativité et à l’expérimentation.

 

L’expérimentation à moindre frais fait partie des forces d’Internet. Il est possible de tester très facilement une technologie, un concept, une action marketing et d’en tirer un feedback rapide et pragmatique afin d’avancer par itérations et d’affiner le tir le cas échéant.

Les acteurs et leviers de votre stratégie digitale

acteurs-leviers-stratégie-digitale

Ce schéma est complexe et simple à la fois, il n’a pas vocation à être exhaustif au vu du nombre toujours grandissant des points de contact et de diffusion possible mais il démontre que même en se restreignant à quelques acteurs l’univers devient vite complexe et qu’il est nécessaire de ne pas se tromper de levier pour obtenir le résultat voulu. Du marketing de contenu, du marketing de display ne se gère pas de la même manière, ne s’appuie pas les mêmes canaux et n’utilise pas les mêmes codes de communication.

Cartographie d’une mise en marché digitale

cartographie-vendre-sur-internet-mise-en-marche-digital

 

Voici une cartographie typique d’une mise en marché, nous nous rendons compte que nos audiences et les chemins qu’elles parcourent pour venir se transformer en lead et/ou en clients sont assez variés et plus ou moins long.

Bien entendu chaque mise en marché ou campagne diffère, ne serait-ce que par les moyens financiers à disposition, mais nous retrouvons pour chacune des grands principes que nous retrouvons dans cette cartographie.

Si créer du trafic sur un site est un véritable travail de fond et nécessite un suivi régulier, transformer un internaute en client impose une machinerie bien rôdée au sein de laquelle plusieurs actions doivent être mises en musique afin de ne pas perdre nos lead et créer de la confiance.

Cette machinerie passe par le déploiement de systèmes d’analyse comportemental des internautes, de promotions en liens avec les profils des leads, des systèmes d’interaction humanisés (tchat, call center) le tout correctement automatisé avec des cadences de tir à affiné au fil des remontées fournies par l’analytics.

Exemple de plan d’actions et de budget pour votre stratégie digitale

Mettre en œuvre une stratégie digitale impose bien entendu un certain cadencement des moyens qui lui sont associés. Le schéma ci-dessous n’a comme objectif qu’à présenter au lecteur comment se déroule un lancement, avec la répartition de charge entre l’agence et notre client ainsi qu’une fourchette budgétaire.

Nous pouvons bâtir une approche spécifique pour votre projet en fonction des moyens et des choix que nous définirons ensemble, « Contactez nous! »

planning-lancement-site-internet-strategie-digitale

 Synthèse des moyens pour créer du trafic et optimiser ses ventes

outils-objectifs-vendre-internet-strategie-digitale

 

outils-objectifs-vendre-internet-strategie-digitale-2

 

outils-objectifs-vendre-internet-strategie-digitale-3

Mesurez l’efficacité de vos campagnes marketing Email

  • Taux d’email ouvert– le pourcentage d’email ouvert par rapport au nombre d’emails reçu.
  • Taux d’email clické– le pourcentage de click sur les emails ouverts.
  • Abonnés– le nombre d’emails abonnés que vous avez en base de données
  • Cout par abonné– le coût moyen d’acquisition pour un obtenir un abonné.
  • Pourcentage Opt-in – Le pourcentage de vos abonnées ayants donnés leur accord pour recevoir des emails marketing
  • Taux de non délivrance (NPAI)–  le pourcentage de vos emails ne pouvant être remis pour cause d’adresse mail erronée
  • Rejet doux – le nombre d’adresse emails renvoyant un message de rejet temporaire de non délivrance pour cause de vacance, de boite mail pleine, etc….
  • Rejet dur– le nombre d’adresses email retournant  un rejet permanent comme une adresse n’existant plus par exemple
  • Taux de plainte lié au spam– le nombre d’utilisateur ayant flagué vos email marketing comme du spam.
  • Taux de croissances des abonnés– le taux de croissance de votre liste d’abonnés sur une période de temps donnée
  • Taux de ré-activation– quels taux d’utilisateurs abonnés mais aujourd’hui en sommeil sont réactivés par vos campagnes marketing

Mesurez la fidélité de vos clients

  • NPS – Net Promoter Score  – mesure la probabilité moyenne qu’auront vos clients actuels à promouvoir vos produits ou services.
  • Referral Rate ou taux de bouche à oreille :  calcul le taux d’utilisateurs, de clients, de visiteurs incitants leurs propres connaissances à visiter votre site.
  • Viral Coefficient ou coefficient de viralité – mesure le taux de croissance et la propagation virale de votre produit ou de votre service
  • Nombre moyen d’amis renvoyés– le nombre de nouveaux utilisateurs, clients que vous gagné par client actuel.
  • Taux de conversion du bouche à oreille – le taux de conversions lié aux invitations envoyés par vos clients actuels à leurs propre connaissances.
  • Taux de ré-achat– la fréquence à laquelle vos clients refont un achat sur votre site internet.

Quelles métriques pour mesurer et améliorer votre business internet

web metricsDes visiteurs uniques au taux de conversion en passant par le taux d’attrition à la valeur long terme d’un client, vous trouverez des douzaines de métriques pouvant vous aider à mieux comprendre et à améliorer votre business internet.

En fonction des sites que vous visiterez et des experts que vous rencontrerez, certaines métriques seront mises en avant car chacun à une petite tendance dogmatique et chacun ne gère pas forcément la même typologie d’activité en ligne, certains font du e-commerce d’autres gère des blogs et d’autres sont plus orientés e-reputation et réseaux sociaux.

Quoi qu’il en soit, il est évident que certaines métriques ne peuvent s’appliquer à votre business internet et que d’autres seront plus que pertinente, nous vous proposons donc une liste de métriques classées par catégorie en espérant que vous trouverez votre bonheur et que cela vous permettra de mieux comprendre et d’améliorer votre business internet.

En plus de la série présentant les différents métriques, nous vous fourniront les tableaux de bord et les formules pouvoir piloter votre business.

Mesurez le coût d’acquisition client

  • CPM – le cout par mille : le coût d’achat de 1,000 impressions sur un site ou réseau de sites affiliés
  • CPC – le cout par click : le coût d’un click sur un lien sponsorisé (par exemple Google AdWords)
  • CTR– Click-through Rate ou taux de click : tout simplement le nombre de click divisés par le nombre d’impression de votre publicité. Utile pour évaluer l’intérêt qu’a pu susciter votre campagne de publicité
  • Conversions – Le nombre de visiteur convertis en provenance d’une source de trafic (organic ou sponsorisée). Cela peut mesurer tout type de conversion comme une souscription à votre newsletter, l’achat d’un produit ou le téléchargement d’un whitebook.
  • CPA – Cost Per Action – correspond au coût ayant permis une conversion, comme une souscription à votre newsletter, l’achat d’un produit ou le téléchargement d’un whitebook.

Mesurez la valeur de vos clients

  • LTV – Lifetime value – correspond au chiffre d’affaire moyen généré par un client tout au long de la relation  client, par exemple, de manière très simpliste, un abonné payant 10€ par mois et résiliant au bout de 13  mois aura une LTV de 130€. Pour en savoir plus sur cette métrique, je vous invite à regarder l’article l’approche financière du business model SaaS.
  • Marge brute– tout simplement la différence entre le chiffre d’affaire et les charges; les couts liés à la production et à l’acquisition client sont en règle générale regroupés sous la notion de COGS.
  • Chiffre d’affaire – Le montant d’argent encaissé par votre business sur une période de temps.
  • Bénéfice d’exploitation – Le montant généré par votre entreprise après paiement de vos charges d’exploitations et avant impots
  • COGS – Cost of Goods Sold  ou cout des produits vendus – représente l’ensemble des couts associés à la production d’un bien ou d’un service ainsi que les couts liés à l’acquisition de clients pour ces produits ou services.
  • Taux d’achat – mesure qu’elle est le nombre d’achat, par visiteurs, clients, adhérents, sur une période donnée.

1 méthode et 5 étapes pour une prospection téléphonique efficace

La prospection téléphonique est un véritable savoir faire et beaucoup de personnes s’y casse les dents le plus souvent par manque de méthode.

En premier lieu rappelez vous ces points essentiels :

  • Faite du volume d’appel et encore du volume d’appel
  • Préparez vos phrases et argumentaire en langage parlé
  • Adoptez un style direct
  • Vos phrases doivent êtres au présent
  • Vos phrases doivent êtres courtes
  • Soyez méthodique

phoning efficaceLa méthode sur laquelle nous vous recommandons de vous appuyer est encore une fois SONCAS :

Il s’agit d’un moyen simple de se rappeler des 6 motivations d’achat essentielles pour construire l’argumentaire.

Il s’agit de l’initiale de chaque motivation, ces dernières sont résumées dans le tableau ci-dessous avec le vocabulaire à associer.

6 motivations d’achat Mots/expressions à utiliser
SECURITE (réputation, fiabilité, conformité de la marque, du produit) Robuste, fiable, sûr, tranquille, conforme
ORGUEIL (de posséder, de montrer aux autres un produits, un service) Quelqu’un comme vous, unique, exceptionnel, inimitable, inégalable, irremplaçable, standing
NOUVEAUTE Nouveau, original, authentique
CONFORT Simple, pratique, agréable, bien être
ARGENT (le prix, l’économie) Économique, gratuit, avantageux, très intéressant
SYMPATHIE (le produit, le service, le vendeur séduit le client) Parfait, sympa, plaisant, agréable, chaleureux, accueillant

Pour la prospection téléphonique choisissez 3 de ces motivations; cela suffit à soutenir une conversation.

Les motivations à choisir découlent du positionnement de vos produits et services.

Cette technique associée à celle du BAC (présenter d’abord les Bénéfices, puis les Avantages et enfin les Caractéristiques) est une bonne base pour une argumentation solide.

Au téléphone, lorsque vous êtes en contact avec le décideur faite une argumentation BAC (Bénéfice+Avantage+Caractéristique) afin d’appâter votre cible avec du concret :

  • « notre métier c’est de vous faire gagner du temps et de l’argent en phase de prospection » = B
  • « en mettant à votre disposition des technico-commerciaux expériementés et opérationnels » = A
  • « pour cela nous adaptons notre organisation à votre process qualité » = C

Et afin de faire réagir votre interlocuteur sur ce que vous venez de dire, vous terminez par : « qu’en pensez-vous ? ».

Plutôt que de dire : « mon produit est fait de …. » (les caractéristiques), dire : « mon métier c’est d’aider les commerciaux à dépasser leurs objectifs… »; « mes services permettent de gagner 50% sur le temps de production… » (bénéfices).

5 grandes étapes à respecter pour la prise de rendez vous

Identification

Il est nécessaire d’identifier la personne à contacter puis de faire une présentation personnelle et de l’entreprise succincte.

Nous pouvons tomber assez souvent sur la secrétaire, dans ce cas il NE FAUT PAS lui mentir sur le sujet de l’appel. Il FAUT être courtois tout en reconnaissant l’importance de la fonction en s’appuyant sur des phrases du type : « vous allez certainement pouvoir m’aider » ou «  vous êtes en contact direct avec M. Durand/Dupond »

Lors de cette phase nous pouvons avoir des objections génériques du type « je n’ai pas le temps » ou encore « ca ne m’intéresse pas » dans ce cas il NE FAUT SURTOUT PAS répéter l’objection du prospect, au contraire IL FAUT manifester sa compréhension et enchainer sur une question ouverte du type « pour quelles raisons ».

Découverte

Montrer l’intérêt que nous portons au client, luis poser des questions afin de découvrir ses besoins

4 champs d’investigation à mener

Les questions relatives au contexte : elles portent sur l’environnement du client visé et de l’entreprise qu’il représente :

  • « êtes-vous déjà client de ce type de produit/service ?
  • quel type d’équipement possédez-vous ?
  • quelles personnes décident avec vous ?
  • quelle est la taille de… (entreprise, chiffre d’affaire…)

Les questions sur la problématique connue : elles concernent les besoins à satisfaire, les problèmes rencontrés, le but recherché… :

  • dans quelle situation utilisez-vous ce produit/service ?
  • de quelle façon remplit-il son rôle ?
  • qu’est-ce qui est satisfaisant/pas satisfaisant dans la situation actuelle ?
  • atteignez-vous facilement vos objectifs ?
  • que recherchez-vous ?

Les questions sur les enjeux : il ne suffit pas de détecter un besoin, encore faut il que votre interlocuteur ai envie de la satisfaire :

  • dans ce que nous venons d’aborder ensemble qu’est-ce qui est important à vos yeux ?
  • quelles sont les conséquence si ce problème n’est pas réglé (c’est le coût de la non qualité) ?
  • si vous ne prenez pas telle mesure alors que ferez-vous ?

Les questions sur les solutions : elles amènent le client à se projeter dans l’avenir et de sonder ses idées :

  • quelles solutions avez-vous envisagées ?
  • pour vous quels seraient l’intérêt et les limites de ces solutions ?
  • dans l’idéal, sans qu’il ne soit question de budget ou de faisabilité, quelle serait la solution idéale (si vous aviez une baguette magique que changeriez-vous) ?

Présentation

Présenter l’offre, mettre en évidence les avantages pour le client. Nous pouvons nous appuyer sur SONCAS (Sécurité, Orgueil, Nouveauté, Confort, Argent, Sympathie), l’argumentaire peut ressembler à cela : « notre démarche permet d’économiser xx% sur votre processus d’entré en relation client. De plus nous sécurisons l’ensemble de vos données dans le respect du cadre juridique et réglementaire. Bien entendu afin d’avoir un confort et une rapidité de déploiement notre offre est proposé en mode SaaS  et peux aussi s’intégrer avec la plus grande facilité à votre système d’information … »

Argumentation

Argumentation pour convaincre en fonction de la réaction du prospect.

Finalisation

La finalisation est un point essentiel, il permet :

  1. de confirmer les modalités qui viennent d’être dites, à savoir valider le RDV avec une formule sans ambigüité du type « Je vous propose donc de nous rencontrer le ……. », puis proposer une alternative dans la foulée pour laisser la liberté de choix du créneaux au prospect.
  2. De confirmer l’intérêt du prospect afin de ne pas prendre un RDV pour rien, pour ce faire poser lui une question du type « quels points souhaitez vous que l’on aborde en priorité pour notre rendez vous » si ce dernier répond avec une phrase du type « je ne sais pas c’est vous qui insister pour me voir », il y a des chances que ce RDV soit une perte de temps dans ce cas il vaut mieux finir l’entretien avec les termes suivants : « je comprends, vous n’êtes pas encore prêt, à quelle période souhaitez vous en rediscuter »

Une fois le RDV confirmer et l’intérêt validé, il convient de valider les modalités avec une phrase du type « je vous fais donc parvenir un email de confirmation, pour ce faire pourriez vous me valider votre adresse email »

Facteurs  indispensables pour pouvoir conclure une affaire

En fin de présentation  il est nécessaire de valider la suite des événements avec une phrase du type : « très bien, donc compte tenu de ce que nous venons de nous dire, je vous propose de vous  faire parvenir les éléments commerciaux par email (proposition commerciale,   bon de commande, etc..) »

Les points à vérifier

  1. 1.       Êtes-vous seul à prendre la décision ?
    1. a.      « Comment êtes vous organisé pour valider tous les points de ce dossier ? »
    2. b.      « D’autres personnes sont elles impliquées pour gérer ce dossier »
    3. 2.       Est-ce important pour vous de démarrer rapidement ?
    4. 3.       Avez-vous un budget pour cela ?
    5. 4.       Êtes-vous ouvert à une négociation qui nous permettrait de conclure maintenant ?

Si le prospect répond avec une phrase du type « il faut que je réfléchisse » c’est que certaines objections n’ont pas été traitées correctement, nous devons répondre avec une question du type :

  • « que vous manque t-il pour prendre votre décision »
  • « Qu’est ce qui fait que vous ayez à réfléchir à ce stade de notre entretien »
  • « Quels sont les éléments que vous souhaitez que nous revoyons ensemble pour vous aider à mieux réfléchir »

L’objection du « c’est trop cher », « nous n’avons plus de budget »

Essayer de planifier l’agenda pour une prochaine consultation « qui reconsultera/quand se fera la prochaine consultation », voir si une « offre nue » peut suffire  et enfin déterminer le pouvoir de décision de l’interlocuteur « qui d’autre établi le budget avec vous »

Créer mon entreprise #4 Le plan marketing

DévelopperVotre plan marketing est un des éléments majeurs de votre réussite car sans marketing personne ne saura que votre entreprise, votre concept existe.

Et comme vous l’avez deviné, si les clients ne savent pas que vous existé vous ne vendrez rien.

Il est donc  urgent de vous mettre au travail et de concocter un plan marketing efficace pour attirer les clients et une stratégie de relation et services clients pour les conserver.

Un plan de marketing comprend a minima :

  • les stratégies et les dispositifs que vous allez déployer pour communiquer auprès de  vos segments  de clients.
  • Votre politique de relation et services à la clientèle qui se concentre sur les besoins de vos clients et les façons de les combler. Les deux travaillent de concert.
  • Les descriptions de votre marché et de sa segmentation

Commencer à choisir les canaux de communication à utiliser pour faire passer le mot sur votre entreprise:

  • les médias sociaux,
  • blogs,
  • newsletters,
  • bannières Web,
  • liens sponsorisés,
  • radio,
  • télévision,
  • panneaux d’affichage,
  • publipostage,
  • dépliants,
  • publicités imprimées

Il est nécessaire d’identifier et de hiérarchiser vos canaux et vos méthodes en commençant par celles qui se sont montrées être les plus efficaces pour vos segments de marché. L’aide d’un cabinet de conseil et quelques recherches sur internet pourront vous aider à trouver ce type d’informations sectorielles.

Une fois les manières de communiquer auprès de vos prospects identifiés, il faut que vous pensiez à comment fidéliser les clients que vous aurez durement gagnés.

En d’autres termes comment établir une relation mutuellement bénéfique sur le long terme entre votre entreprise et vos clients.

La fidélisation est un point essentiel car les clients fidèles sont l’épine dorsale de votre réussite.

Il faut donc que vous décriviez quelles seront les méthodes et dispositifs que vous allez mettre en œuvre pour donner entière satisfaction aux clients, comme par exemple :

  • Une garantie satisfait ou remboursé
  • Des offres promotionnelles
  • Un service clients disponible et réactif
  • Des cadeaux pour chaque nouveau client parrainé par un client fidèle
  • La formation des employés du service client

Rappelez-vous que comme le business plan, le plan marketing n’est pas quelque chose de figé, il vous sert de feuille de route mais devra évoluer au fil du temps et votre maîtrise de votre marché et de la connaissance de vos clients.

Afin de commencer à courtiser les premiers clients, il est intéressant de créer un profil type de l’utilisateur final de votre produit ou service, cela permettra d’affiner votre proposition de valeur et vous aidera à proposer le bon produit à la bonne personne.

Une fois que votre plan marketing est prêt, parler de votre entreprise autours de vous et essayer d’obtenir des contacts qui pourraient être intéressés par votre produit ou service.

Demandez des références à des collègues, des fournisseurs, des anciens employeurs, etc…

Essayer de voir si vous ne pouvez pas vous rapprocher d’une autre entreprise dont les services ou produits seraient complémentaires aux vôtres afin de faire un échange de bon procédé et de devenir prescripteur l’un de l’autre.

Lorsque vous commencer à avoir quelques clients satisfaits, demander leur un petit témoignage que vous pourrez utiliser dans vos prochaines communications et sur votre site internet.

Créer mon entreprise #1 Identifier et valider votre idée d’entreprise, de business

Avoir une bonne idée n’est pas forcément synonyme de réussite si  l’idée ou le produit ne rencontre pas son marché.

Nous allons vous aider à identifier et évaluer votre idée.

Bien entendu, plus vous aurez approfondie votre sujet plus vous pourrez valider les attentes du marché et cela vous permettra potentiellement d’identifier facilement des marchés de niches auxquels vous n’auriez pas pensé et d’évaluer les risques possibles.

Cette démarche vous aidera à mettre la chance du côté de votre réussite

Commencez dès maintenant en vous posant les questions suivantes:

  • Quel problème mon produit ou service vat-il résoudre?
  • Qui va acheter mon produit ou service?
  • Pourquoi vont-ils acheter?
  • Où vont-ils acheter – magasins spécialisés, grands magasins, en ligne, sur mobile,?
  • Quel prix dois-je proposer pour être profitable ?
  • Quels prix, mes clients seront-ils réellement prêt à payer?
  • Quels sont les produits ou services en concurrence avec les miens?GrowthWheel

La première chose à retenir c’est que vous ne pouvez  pas vendre tout à tout le monde. Cela reviendrait a vendre rien à personne. Cette règle est une réalité quel que soit la taille de l’entreprise.

Plus vous définirez finement vos cibles clients, plus vous pourrez proposer le bon produit à la bonne personne. Cela vous assurera de pouvoir vendre plus et mieux.

Il est donc essentiel que vous créez pour vous-même une niche sur votre marché. C’est la clé de la réussite, même pour les plus grandes entreprises.

Pour savoir si votre idée d’entreprise à une chance de réussite et bâtir un plan marketing efficace il sera bien entendu nécessaire de faire plus que répondre à ces quelques questions pour pouvoir réaliser une étude de marché.

Nous vous préconisons de rencontrer un conseiller auprès de votre CCI et d’identifier les sources d’informations pouvant vous fournir des conseils et les outils pour votre réussite.

Vous avez besoin de collecter des informations sur trois aspects essentiels:

  • Renseignements sur votre secteur d’activité
  • Renseignements  sur votre marché cible
  • Renseignements sur vos concurrents

Vous pouvez obtenir des tendances, des statistiques, des enquêtes et autres données à partir de sources telles que l’INSEE,  l’APEC, les associations sectorielles.

Une fois que vous êtes en mesure de prouver la viabilité de votre idée, alors vous pouvez aller de l’avant en toute confiance

Vous trouverez sur notre site différents articles, outils et méthodes qui pourront vous aider à faciliter et accélérer votre business.

Le FUNNEL d’un site WEB, c’est quoi ?

Le FUNNEL ou les FUNNEL(s) du site web représentent les chemins la plupart du funnel web simpletemps représentés sous forme d’entonnoirs (FUNNEL = entonnoir en anglais) par lequel passent nos visiteurs avant d’être transformés en clients.

Ca aurait pas un petit côté chaudron magique le FUNNEL 😉

La mise en place et la maîtrise du FUNNEL est essentielle car c’est grâce à cette démarche que nous pouvons analyser et donc optimiser nos actions de marketing et c’est aussi grâce à cela que nous pouvons faire de la prévision de cashflow.

Chaque étape du FUNNEL représente un pourcentage d’internautes ayant atteint un objectif, à savoir une action (télécharger un whitebook, voir une vidéo, remplir un formulaire, etc..) sur le site ou la visite d’une ou d’un enchaînement de pages.

Chaque étape peux représenter un comportement ou un profil d’internaute pour lequel il faut potentiellement mettre en place des actions marketing spécifiques ou des appels à actions spécifiques afin d’optimiser nos taux de transformation.

metrics web simpleQuelques métriques de base à suivre dans le FUNNEL

  • Nombre de visiteurs par période
  • Nombre de leads par période
  • Nombre de client par période
  • Nb de visite depuis une date donnée
  • Nb de pages vues en moyenne par visite
  • Nb totale de pages vues
  • Nb totale de pages vues uniques
  • Origines des visites par pourcentage (sources, campagne marketing)
  • Taux de transformation par objectif
  • Taux de rebond
  • Durée moyenne de la visite

Il est bien entendu que ces quelques informations sont totalement insuffisante pour mettre en place une véritable stratégie d’analyse et de CTA dynamique. Nous verrons dans un article dédié une approche détaillé de la mise en place d’une gestion de contenu dynamique en fonction des profils comportementaux des internautes.

Un FUNNEL WEB doit pouvoir être construit en fonction de la segmentation la plus exmple d'un funnel webpertinente avec votre activité et en fonction des profils comportementaux que vous aurez préalablement définis. Il est clair que la segmentation, qu’elle soit en fonction des canaux ou des profils sera amenée à évoluer au fils des mois en fonction du niveau de connaissance de vos visiteurs et de vos clients.

Différents FUNNEL peuvent être construits en fonction de vos besoins. Chaque segment d’un FUNNEL doit pouvoir être « zoomer » pour pouvoir accéder au détails des parcours et objectifs fixés.

Ci-contre un exemple de FUNNEL très classique démontrant un parcours simple avant souscription au service. Chaque tranche de ce FUNNEL pourrait présenter un détail avec les parcours associé des internautes ainsi que les différents objectifs par lesquels ils sont passés.

 

Ci-contre une approche un peu différente ayant pour objectif de présenter les sources de trafics par campagnes marketing en détaillant les supports utilisés par campagne avec leurs volumes et détaillant les taux de transformations de chaque objectifs fixés en fonction des landing pages sur lesquelles les internautes ont étés routés.

Ce type de FUNNEL permet de voir quelles sont les campagnes les plus efficaces et quelles sont landing pages ayant le meilleur taux de transformation.

Il est très facile de construire ce type d’analyse avec Google Analytics. Un prochain article vous détaillera la méthode pour mettre en place cette approche dans Google Analytics